Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Netanyahou guerrier du sionisme


Ce texte, datant de 1996, reste d’actualité.

L’intransigeance de M. Benyamin Nétanyahou a surpris certains. De ce premier ministre mal élu, théoriquement ficelé par la signature de ses prédécesseurs au bas des accords d’Oslo et en principe soumis à la volonté de l’Europe comme des États-Unis de voir avancer les négociations, ils attendaient un minimum de réalisme. Il n’en a rien été. En quatre mois, les décisions du dirigeant du Likoud ont provoqué parmi les Palestiniens une explosion de colère sans précédent depuis l’Intifada. «Chassez le naturel, il revient au galop.» Le proverbe s’applique ici on ne peut mieux. Car, si son entrée en politique remonte à moins de quinze ans, le chef du gouvernement israélien est un pur produit du sérail «révisionniste», mâtiné il est vrai d’ultralibéralisme américain.

On a présenté son père, Ben-Zion, comme un professeur d’histoire juive, spécialiste de l’Inquisition en Espagne. Information exacte, mais incomplète : il fut surtout, dans les années 30, le secrétaire particulier de Vladimir (Zeev) Jabotinsky, le fondateur du courant sioniste le plus réactionnaire, dit révisionniste. Homme de conviction, Ben-Zion Nétanyahou décida même, en 1962, de fuir le «socialisme» israélien en s’exilant, avec sa famille, aux États-Unis où il éleva ses fils dans la fidélité aux idées de Jabotinsky. Un retour en arrière, aux sources de l’extrême droite juive, s’impose donc.

Vladimir Jabotinsky se fait connaître durant la première guerre mondiale en créant la Légion juive, qui contribuera – tardivement – à la «libération» de la Palestine par les troupes du général Allenby en 1918. Intégré en 1921 dans l’Exécutif sioniste, il en dénonce les compromissions avec la puissance mandataire britannique et le quitte pour fonder, en 1923, le Betar [1], puis, en 1925, l’Alliance des sionistes révisionnistes. Entre-temps, par antibolchevisme, il s’est compromis avec les hommes de l’ataman Simon Petlioura, pourtant responsables, dans son Ukraine natale, d’épouvantables pogroms où périssent quelque 40 000 juifs [2]…

En quoi les révisionnistes s’opposent-ils à la majorité des sionistes, au point de quitter, en août 1935, l’Organisation mondiale, au sein de laquelle ils ont rassemblé jusqu’à 21 % des suffrages ? Au socialisme dans lequel le parti Mapaï dissimule son nationalisme, Jabotinsky préfère un modèle occidental à la fois politiquement autoritaire [3] et économiquement libéral, qui plaît à la bourgeoisie et aux classes moyennes affluant alors en Palestine. Pour le reste, les sionistes révisionnistes disent tout haut ce que les sionistes socialistes et libéraux pensent sans doute tout bas, mais estiment nécessaire de dissimuler.

Mieux vaut, considèrent David Ben Gourion comme Haïm Weizmann, s’abriter derrière la présence britannique pour conquérir la Palestine hectare après hectare, plutôt que de prétendre former, sans attendre et par la force, un État. Vladimir Jabotinsky, lui, ne veut pas de ce vague commonwealth national au statut et aux frontières mal définis. «Le but du sionisme, explique-t-il en 1924, est de créer un État juif. Son territoire : les deux rives du Jourdain. Le système : la colonisation de masse. La solution du problème financier : un emprunt national. Ces quatre principes ne peuvent être appliqués sans une approbation internationale. D’où le mot d’ordre de l’heure : une nouvelle campagne politique et la militarisation de la jeunesse juive d’Eretz Israël et de la diaspora [4].»

Un «mur d’acier» contre les Arabes

Voilà le fameux «mur d’acier». Marqué par les premières émeutes antijuives de 1921 et 1922, Vladimir Jabotinsky livre sous ce titre, dans l’hebdomadaire sioniste russe Rasswyet, le 4 novembre 1923, le fond de sa stratégie : «Tous les peuples indigènes – qu’ils soient civilisés ou sauvages – considèrent leur pays comme leur foyer national, dans lequel ils seront toujours les seuls maîtres. Ils n’accepteront pas volontairement non seulement un nouveau maître, mais même un nouveau partenaire. Ainsi les Arabes. (…) La colonisation sioniste, même la plus limitée, doit soit s’arrêter, soit s’accomplir au mépris de la volonté de la population indigène. C’est pourquoi cette colonisation ne peut se poursuivre et se développer que sous la protection d’une force indépendante de la population locale – un mur d’acier que la population indigène ne puisse percer. (…) Le mur d’acier, c’est le renforcement en Palestine d’un gouvernement sur lequel les Arabes n’auraient aucune influence, autrement dit un gouvernement contre lequel les Arabes se battront [5].»

Entre le sionisme révisionniste et les fascismes alors en pleine ascension, il y a plus que des ressemblances : une parenté. D’autant que les militants du mouvement portent volontiers la chemise brune, célèbrent le culte du chef et se comportent en armée disciplinée. Chez eux, la violence est une seconde nature : contre les grévistes ou les meetings juifs de gauche, ils font le coup de poing ; contre les militants nationalistes arabes, ils tirent des coups de fusil. Et lorsque les Palestiniens déclenchent leur grande révolte, en 1936, les révisionnistes, avec leur milice, la Haganah-B, aident les troupes britanniques à la réprimer dans le sang. Même le racisme n’est pas absent de la pensée de Jabotinsky : il affleure notamment dans sa nouvelle, Samson, qui rejette toute «mixité» entre juifs et non-juifs. Tant et si bien que David Ben Gourion surnommera Jabotinsky «Vladimir Hitler» – et les nazis des «révisionnistes allemands» . Le futur premier ministre d’Israël commentera même publiquement un article du Führer en affirmant : «Je pensais lire Jabotinsky – les mêmes mots, le même style, le même esprit [6].»

Idéologique et politique, le rapprochement se matérialise sur le terrain. Si Jabotinsky se défend d’admirer le Duce, Mussolini, lui, ne tarit pas d’éloges à son sujet. «Pour que le sionisme réussisse, il vous faut un État juif, avec un drapeau juif et une langue juive. La personne qui comprend vraiment cela, c’est votre fasciste, Jabotinsky», confiera-t-il en 1935 à David Prato, futur grand rabbin de Rome [7]. Généreux, le maître de l’Italie accepte d’accueillir une école navale du Betar à Civitavecchia, au nord de Rome. Lors de son inauguration, les étudiants révisionnistes entonnent Giovinezza, l’hymne fasciste, et crient : «Vive l’Italie ! Vive le roi ! Vive le duce ! [8]»…

A la mort de Jabotinsky, en 1940, ses héritiers se divisent pour un temps. La seconde guerre mondiale voit les tenants de l’Irgoun respecter la trêve dans le combat contre les Britanniques, qui sont en revanche la cible de nombreuses actions armées du groupe Stern, puis Lehi – ce dernier se déshonorera en proposant une alliance au Troisième Reich [9]… Tous se retrouveront néanmoins pour recourir au terrorisme dans leur «lutte de libération» : de l’attentat de l’Hôtel King David, qui fit 200 morts et blessés le 22 juillet 1946, au massacre du village palestinien de Deir Yassine (9 avril 1945), où tombèrent 250 civils, les pages les plus noires de la naissance de l’État d’Israël et de l’expulsion de 800 000 Palestiniens sont signées par les hommes de Menahem Begin et de M. Itzhak Shamir, dont on sait le rôle qu’ils joueront, trente ans plus tard, à la tête du Likoud et de l’État juif.

M. Benyamin Nétanyahou a de qui tenir.

Novembre 1996
Dominique Vidal
Le Monde diplomatique

Lire aussi :
Dossier documentaire & Bibliographie David BEN GOURION, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Sionisme, Monde en Question.


[1] Acronyme de Brit (alliance) Trumpeldor, du nom d’un officier juif de l’armée tsariste, héros de la guerre russo-japonaise, mort en défendant la colonie juive de Tel Hai, en Haute-Galilée, contre les Bédouins du voisinage. L’hymne du Betar commence par ces mots : «Betar
De la fosse, pourriture et poussière
Naîtra une race
Par le sang et la sueur
Fière, généreuse, dure.
»
[2] Sur ce point, voir l’excellente Histoire de la droite israélienne, de Marius Schattner, coll. «Questions au XXe siècle», Complexe, Bruxelles, 1991.
[3] Les révisionnistes extrémistes, dits birionim (brigands), préconisent même ouvertement la dictature. Dans ses «Chroniques d’un fasciste» (sic), publiées par le journal Doar Hayam, leur chef, Aba Ahimeir, écrit en 1928 : «Je ne suis pas un démocrate et je suis fermement convaincu que la seule forme de gouvernement possible est celle d’une minorité active sur une majorité passive» (Cité par Yaacov Shalit, Jabotinsky and the Revisionist Movement – 1925-1948, Frank Cass, Londres, 1988, p. 365). A peine les nazis arrivés au pouvoir, Ahimeir suggérera à ses amis de prendre «la pulpe antimarxiste» et de rejeter «l’écorce antisémite». «Hitler, assure-t-il, ne nous a pas fait plus de mal que Staline.» (Cité par Marius Schattner, ibid, p. 110.)
[4] Cité par Walter Laqueur, Histoire du sionisme, Calmann-Lévy, Paris, 1973, p. 386.
[5] Cité par Lenni Brenner, The Iron Wall, Zed Books, Londres, 1984, pp. 74 et 75.
[6] Cité par Michel Bar-Zohar, Ben Gourion, Fayard, Paris, 1986, pp. 112 à 115.
[7] Cité par Lenni Brenner, Zionism in the Age of the Dictators, Croom Helm, Londres et Canberra, 1983, p. 117.
[8] Idem, p. 119.
[9] Même M. Itzhak Shamir le reconnaît, tout en rejetant la responsabilité sur Abraham Stern. Ce qui ne l’empêche pas de commenter ainsi ces démarches : «Elles n’étaient pas de mon goût et pourtant, du point de vue moral et national, j’estimais qu’elles n’étaient pas interdites.» (Voir Charles Enderlin, Shamir, Olivier Orban, Paris, 1991, pp. 80 à 82.)

Une réponse à “Netanyahou guerrier du sionisme

  1. Odile 28/03/2010 à 00:46

    Merci d’avoir ressorti ce texte très intéressant

    Hélas le même co-auteur, dénaturant la légalité juridique de toute la suite historique du drame palestinien, en première page revue et corrigée (???) a sorti quatre fois la même énorme impardonnable erreur fondamentale à propos du vote de l’illégitime résolution/recommandation 181 dont le contexte et le texte sont/semblent trop peu connus de nombreux militants pro-israélo-palestiniens ou – seuls logiques – pro-palestiniens.

    Dans la mesure où la « pseudo-communauté internationale » respecte encore un peu le juridique, il faut faire prendre conscience que cette résolution n’a été votée, en réalité, que par 27 pays plus ou moins informés et libres et 7 non libres pour aboutir aux 33 votes « pour » officiels sur les seuls 43 votants « pour » ou « contre », alors qu’il y avait 56 « PRESENTS » .

Rédiger votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 72 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :