Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives Journalières: 29/11/2009

La simplexité


Comment la nature surmonte la complexité ?, Science publique [mp3 sur demande]

Les espèces vivantes sont toutes confrontées à cette complexité de notre univers sur laquelle les scientifiques butent souvent aujourd’hui. Ainsi, l’évolution révèle les solutions que la nature a retenu sous l’effet de la sélection naturelle. Ces solutions recèlent des stratégies subtiles qui permettent souvent de contourner les obstacles de la complexité sans, pour autant, l’ignorer. Dans son dernier ouvrage, Alain Berthoz définit un nouveau concept pour désigner ces réponses de la nature : la simplexité. Il s’agit là d’une capacité de simplification dont l’efficacité réside dans une réelle prise en compte de la complexité. Les méthodes ainsi sélectionnées par l’évolution ouvrent des pistes d’investigation passionnantes pour découvrir de nouveaux modes de résolution des problèmes posés par la complexité. Les scientifiques pourraient ainsi dépasser les limites du formalisme pour explorer des voies plus empiriques. Comment s’inspirer du vivant pour résoudre des problèmes de prise de décision, de réparation du corps humain ou de comportement dans la société ?

Alain BERTHOZ, La simplexité, Odile Jacob, 2009 [RFI - Science.gouv.fr].

«La simplexité, telle que je l’entends, est l’ensemble des solutions trouvées par les organismes vivants pour que, malgré la complexité des processus naturels, le cerveau puisse préparer l’acte et en projeter les conséquences. Ces solutions sont des principes simplificateurs qui permettent de traiter des informations ou des situations, en tenant compte de l’expérience passée et en anticipant l’avenir. Ce ne sont ni des caricatures, ni des raccourcis ou des résumés. Ce sont de nouvelles façons de poser les problèmes, parfois au prix de quelques détours, pour arriver à des actions plus rapides, plus élégantes, plus efficaces.»

Comme le démontre Alain Berthoz dans ce livre profondément original, faire simple n’est jamais facile ; cela demande d’inhiber, de sélectionner, de lier, d’imaginer pour pouvoir ensuite agir au mieux.

Écouter aussi :
• Alain BERTHOZ, La manipulation mentale des points de vue : un des fondements de la tolérance, Canal-U.
• Conférences Alain BERTHOZ, ENS.
• Conférences Alain BERTHOZ, Canal-U.

Lire aussi :
Alain BERTHOZ, La décision, Odile Jacob, 2003 [Decisio.info - Sciences Humaines].

Fidèle à sa conception du cerveau, non pas calculateur ni compilateur mais simulateur d’action, Alain Berthoz renouvelle dans ce livre toute la théorie psychologique de la décision. Au lieu de considérer la décision comme un processus rationnel, fondé sur des outils logiques, il en fait la propriété fondamentale du système nerveux, dont la fonction est de préparer, de commander et de réguler l’action. C’est dans ce cadre qu’il décrit les pathologies de la décision (agnosie, aphasie, simultanagnosie, obsessions, etc.)
La première décision – capturer ou fuir – est vitale : elle définit tout être vivant, à la fois prédateur et proie. Cette décision met en jeu le corps, comme d’autres, ainsi l’équilibre et la marche. Et dans un chapitre qui bouleverse bien des idées reçues, il démontre l’existence d’un double en chacun de nous (héautoscopie) qui apparaît souvent dans les rêves mais que nous ne cessons de prendre à témoin, notamment pour nous encourager ou nous stimuler.
Il montre comment la perception est essentiellement une décision. Percevoir, ce n’est pas seulement combiner, pondérer, c’est sélectionner, c’est décider. C’est, dans la masse des informations disponibles, choisir celles qui sont pertinentes par rapport à l’action envisagée. C’est, en outre, lever des ambiguïtés, c’est choisir entre des formes rivales, c’est trancher dans des conflits sensoriels. Il propose enfin une « physiologie de la préférence ». Non seulement la perception est décision, mais la mémoire l’est tout autant. Mémoriser c’est toujours faire un choix, l’oubli est toujours sélectif.
Avec ce livre, Alain Berthoz poursuit son enquête sur le cerveau parieur, ou comment décider, c’est prédire.

• Alain BERTHOZ et NAUD Didier (sous la direction de), Décider, collaborer et apprendre, Démos, 2009.
• Alain BERTHOZ, Laboratoire de Physiologie de la Perception et de l’Action.
• Alain BERTHOZ, Odile Jacob.
• BOURGINE Paul, CHAVALARIA David et COHEN-BOULAKIA (sous la direction de), Déterminismes et complexités : du physique à l’éthique – Autour d’Henri Atlan, La Découverte, 2008.

La sérendipité


La sérendipité est un phénomène complexe. C’est l’art de découvrir, inventer et créer ce à quoi on ne s’attend pas. Il signifie que l’on trouve quelque chose que l’on n’avait pas cherché, à partir d’une observation surprenante, que l’on a pu expliquer correctement. Ce mot est plus instructif que «hasard heureux». Ce qu’on apprend généralement à l’université, c’est l’inverse, la «non-sérendipité», c’est-à-dire trouver ce que l’on cherche, alors que l’art crucial de trouver le non-cherché joue un rôle très important dans la science, ou la technique. Dans les disciplines expérimentales, comme la chimie, la physique, la géologie, la médecine, l’astronomie, la technique et les arts, les exemples de sérendipité sont fréquents. Dans ces domaines, il est plus facile de voir et de tester si on a découvert quelque chose que l’on ne cherchait pas.

La sérendipité ou l’importance de l’inattendu, Continent Sciences [mp3 sur demande]

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 72 followers