Monde en Question

Analyse de l'actualité économique, politique et sociale dans le monde

Archives Journalières: 28/11/2009

Berlin-Bil’in


La commémoration de la chute du mur de Berlin fut l’occasion, pour les médias dominants, de déverser leur haine anticommuniste en reconstruisant rétrospectivement l’événement et en passant sous silence le mur de l’Apartheid en Palestine.

Serge LEFORT
28/11/2009

Revues de presse
• 09/11/2009, Revue de presse internationale, France 24
• 09/11/2009, Revue de presse française, France 24
• 09/11/2009, Revue de presse française, Nouvel Obs
• 09/11/2009, Revue de presse européenne, euro|topics
• 09/11/2009, Revue de presse russe, RIA Novosti
• 09/11/2009, Le Mur de Berlin, 20 ans après – Diaporamas, RIA Novosti
• 11/11/2009, Russie : Les blogueurs et le 20e anniversaire de la chute du mur de Berlin, Global Voices

Documents
• Le mur de Berlin a été démoli il y a 20 ans, mais reste sa poussière, RIA Novosti

• Le monde entier commémore la chute du mur de Berlin, Global Voices

• Quand Kohl, Mitterrand, Delors et Giscard débattaient de la chute du mur au Parlement européen, EurActiv

• Berlin, capitale sans mémoire ?, La vie des idées

Il y a vingt ans tombait le mur de Berlin. Au-delà du souvenir et de la commémoration, que reste-t-il de la RDA dans le paysage berlinois ? Une exposition présentée à Paris s’interroge sur « l’effacement des traces » du passé communiste, qu’il s’agisse de la débaptisation des rues ou de la destruction du Palais de la République. Rencontre avec l’une des commissaires de cette exposition.

• Berlin 1989-2009 L’effacement des traces Exposition ouverte du 21 octobre au 31 décembre 2009
Musée d’Histoire Contemporaine – BDIC
Dossier de presse

• 29/10/2009, 1989-2009 – Berlin, il y a 20 ans I, Là-bas si j’y suis
• 30/10/2009, 1989-2009 – Berlin, il y a 20 ans II, Là-bas si j’y suis

• 06/11/2009, Ni’lin fête le vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin, YouTube

• 09/11/2009, A Berlin, Là-bas si j’y suis

• 09/11/2009, Allemagne, 20 ans après : le prix du rêve, Interception – France Inter

Autrefois la division était physique, sous la forme d’un mur. Aujourd’hui elle est sociale, entre des riches toujours plus riches, et des pauvres toujours plus pauvres ».
Ainsi s’exprime un ancien ouvrier de la République Démocratique Allemande, rencontré lors d’une manifestation dans les rues de Leipzig. 20 ans après la réunification des deux Allemagne.

Analyses
• 19/02/2008, John PILGER, Faire tomber les nouveaux murs de Berlin, Le Grand Soir

John Pilger décrit comment l’évasion des Palestiniens de Gaza peut inspirer tous ceux qui luttent pour faire tomber les nouveaux murs de Berlin qui s’érigent partout dans le monde.

• 06/11/2009, William BLUM, Le Mur de Berlin – Encore un mythe de la Guerre Froide, Le Grand Soir

D’ici quelques semaines, on peut s’attendre à ce que les médias mettent en route leurs moulins à propagande pour commémorer le 20e anniversaire de la démolition du Mur de Berlin, le 9 novembre 1989. Tous les clichés de la Guerre Froide sur le « Monde Libre » opposé à la tyrannie communistes vont revenir parader, et la fable simpliste racontant le pourquoi de l’existence du mur sera répétée à l’infini.

• 09/11/2009, Peter Schwarz, La chute du Mur de Berlin, WSWS

La contradiction entre l’enthousiasme officiel et le mécontentement populaire en dit long sur la signification réelle des événements de novembre 1989. Les efforts entrepris par les médias pour glorifier ces événements comme étant le commencement d’une nouvelle ère de la démocratie, de la liberté et de la paix sont d’autant plus grands qu’il s’avère que ce n’était absolument pas le cas. Il existe peu d’événements de l’histoire contemporaine qui furent autant mystifiés que la fin de la RDA.

• 09/11/2009, Chems Eddine Chitour, Mythe du mur de Berlin et vrai mur de la Honte en Palestine, Mondialisation

Marquant le 20e anniversaire depuis la chute du mur de Berlin, les Palestiniens ont démoli ce vendredi dans le village cisjordanien de Ni’lin, un pan de mur [d'Apartheid] construit par Israël. Lors de la manifestation hebdomadaire contre le mur, qui traverse le centre du village situé dans la région de Ramallah et isole les habitants de 60% de leurs terres agricoles, quelque 300 manifestants ont méthodiquement démantelé une section en béton avant que les forces israéliennes n’ouvrent le feu. Ils ont brûlé des pneus et abattu une dalle de béton de huit mètres de haut en s’aidant d’un vérin mécanique pour voiture.

• 10/11/2009, Benjamin Moriamé, Berlin 89 – Jérusalem 09 : d’un Mur à l’autre, Investig’action

Bien des murs ont été érigés depuis vingt ans. Tandis que la commémoration de la chute du Mur de Berlin bat son plein, les barrières du « monde moderne » restent invisibles au plus grand nombre. La plupart de ces nouveaux murs, au Mexique, au Botswana ou dans le sud de l’Europe, font obstacle à l’immigration. Le Mur du Proche-Orient, lui, n’est pas bâti sur une frontière. Il serpente à l’intérieur du territoire palestinien sur plus de 450 kilomètres – bientôt 700. Ce Mur traîne derrière lui des conséquences, à la fois humanitaires et politiques, inégalées.

• 10/11/2009, Slavoj ZIZEK, Derrière le Mur, les peuples ne rêvaient pas de capitalisme, Le Grand Soir

C’est un lieu commun que d’insister sur ce que ces événements ont eu de "miraculeux". Un rêve est devenu réalité, il s’est passé quelque chose qu’on n’aurait même pas envisagé quelques mois auparavant : des élections libres, la fin des régimes communistes qui se sont effondrés comme un château de cartes.

• 12/11/2009, Benjamin Moriamé, 1989 – 2009, Vingt ans de remparts, ContreInfo

L’unanimité médiatique des célébrations de la chute du mur de Berlin s’est largement dispensée d’interroger la réalité actuelle. Pourtant, nous rappelle le journaliste indépendant Benjamin Moriamé, durant les vingt ans qui ont suivi le démantèlement du rideau de fer, ce dispositif archaïque de violence silencieuse faite aux hommes qu’est la muraille a largement proliféré sur la surface du globe. Et aux cicatrices déjà anciennes qui séparent les deux Corée ou isolent le Sahara Occidental, sont venues s’ajouter de nouvelles barrières infranchissables matérialisant les lignes rouges des conflits, des zones de tensions et des inégalités.

• 13/11/2009, Viktor DEDAJ, L’insoutenable bruit du claquement des tongs de la pensée anticommuniste, Le Grand Soir

Alors capitalistes, vous pouvez agiter vos principes (violés hors caméras), vos lois économiques (risibles de naïveté), tous ces trucs que vous invoquez pour vous donner un petit vernis moralisateur et camoufler votre véritable nature, vous pouvez même réécrire l’histoire et noircir tous les tableaux, moi en tous cas, je suis sûr et certain d’au moins d’une chose : je n’ai jamais entendu crier « vive le capitalisme » devant un peloton d’exécution nazi.

• 16/11/2009, Mathias Reymond, BHL, Bernard Guetta et Nicolas Demorand sous le mur de Berlin, Acrimed

Les vingt ans de la chute du mur de Berlin. Impossible d’y échapper. Le temps d’une journée, les stations France Inter, France Culture, France Info, Le Mouv’, France Bleu, France Musique et Fip… ne sont devenues qu’une : Radio France. Un seul sujet, un seul point de vue, un seul média.

• 18/11/2009, Palestine emmurée : une réserve indienne ?, Seriatim

• non daté, L’histoire est aussi faite de zones grises, Contretemps

Lire aussi :
• GROSSER Pierre, 1989 – L’année où le monde a basculé, Perrin, 2009 [L'Humanité].

1989 ou la fin de l’histoire ! L’a-t-on assez répétée, cette bêtise, en se laissant prendre à l’euphorie d’une saison.
La guerre froide balayée, les incendies du tiers-monde éteints, la Chine qui rêve un mois du mot liberté, le mur de Berlin tombé et les anciens dictateurs forcés de rendre des comptes… L’automne des peuples a recouvert la réalité d’un mouvement tectonique autrement capital. En s’appuyant sur les meilleures sources françaises et étrangères, Pierre Grosser fait comprendre l’épaisseur, les enjeux et la portée d’une année sans autres pareilles que 1945 ou 1929.
Car 1989, c’est aussi la mondialisation libérale en marche et les premiers débats sur l’ingérence humanitaire et le réchauffement climatique. Mais encore, les premiers pas de la démocratie en Afrique du Sud. C’est la mort de l’ayatollah Khomeiny, après sa fatwa contre l’écrivain Salman Rushdie. C’est déjà la violence des nationalismes dans des Etats fédéraux en décomposition (en Yougoslavie, en Géorgie…), l’arrivée au pouvoir d’Omar al-Bachir au Soudan, l’accélération de la décomposition de la Somalie et le début de la guerre au Libéria, tandis que les militants du djihad, dont un certain Ben Laden, se déchiraient pour savoir quelle devait être leur nouvelle stratégie…

• HEURTAUX Jérôme et PELLEN Cédric (sous la direction de), 1989 à l’Est de l’Europe – Une mémoire controversée, Éditions de l’Aube, 2009 [La vie des idées].

Que signifie « l’année historique de 1989 » pour les populations qui l’ont vécue ? L’ouvrage 1989 à l’Est de l’Europe y répond en multipliant les points d’entrée et les échelles d’analyse, tenant délibérément à distance les grands récits commémoratifs qui foisonnent en ce moment.

• Dossier Mur de Berlin, Bibliothèque publique d’information.
• Livres autour de la chute du Mur de Berlin, Nonfiction.
• Dossier documentaire & Bibliographie Propagande, Monde en Question.
• Dossier documentaire & Bibliographie Palestine/Israël – Mur de l’Aparteid, Monde en Question.

Sémantique de crise


Evoquer la reprise pourrait aussi encourager les revendications sociales…

Oui, c’est la crainte du gouvernement. Le réveil des revendications risquerait donc de se fracasser sur le mur de la rigueur. Et nous voilà devant un autre problème de discours. Un obstacle sémantique…la fameuse «rigueur». Nicolas Sarkozy l’assure, il n’y aura ni augmentations d’impôts, ni rigueur. Cette double affirmation, combinée avec le souhait affiché de ne pas laisser filer les déficits, est aussi crédible que d’affirmer que l’on va gagner la coupe du monde de foot avec le quinze de France de rugby. Ce n’est pas possible, tout le monde le sait. La solution quand on ne veut pas qu’une réalité ne soit pas trop apparente, hé bien c’est de changer l’acception des mots, appeler son chat «Médor»… il va donc falloir que Nicolas Sarkozy et ses grands spécialistes en communication trouvent un autre mot pour «rigueur». Déjà «rigueur», qui, en soit est un mot positif (la rigueur c’est bien) «rigueur» était un mot déguisement : Pierre Mauroy, en 1983 doit changer de politique. Il serre la vis sociale. Pour ne pas reprendre le mot qui avait qualifié le même genre de politique sous Raymond Barre, et que la gauche avait combattu…le mot «austérité», un mot, vous en conviendrez assez effrayant, il avait déguisé l’austérité en «rigueur». La «rigueur» de 1983, 84, 85, 86 s’est traduite par une explosion du chômage et une défaite électorale en 86. Donc le mot a pris une acception très négative. Du coup voilà Nicolas Sarkozy obligé de déguiser le déguisement ! Comment va-t-il nommer la rigueur pour la cacher. Nous nous ferons un plaisir de le révéler quand il aura trouvé…et à mon avis, ça ne saurait tarder !
L’édito politique – France Inter

Écouter aussi : L’économie de marché résisterait–t elle à une rechute ?, Du grain à moudre – France Culture.
Lire aussi :
• Dossier documentaire & Bibliographie Élections 2002 France, Monde en Question.
• Dossier documentaire & Bibliographie Économie crise, Monde en Question.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 59 followers